Les erreurs à éviter

Les erreurs à éviter lors de la rédaction d’un CV

Les types de CV à éviter

Lors de la rédaction d’un CV, il faut toujours avoir à l’esprit qu’on doit éviter à tout prix :

  • Le CV timide : une liste de compétences réduite, des expériences limitées au nom du poste … Un tel CV en dit trop peu sur vous, on risque de vous oublier avant même de vous avoir contacté.

  • Le CV excentrique : gras, italique, souligné (parfois sur les mêmes mots), couleurs flashy, polices originales ou encore superlatifs et expressions chocs… Attention, votre CV n’est pas un prospectus vantant la dernière promotion du supermarché !

  • Le CV négligé : textes mal alignés, fautes d’orthographes, organisation peu compréhensible… Un tel CV est difficile à lire et il vous fait passer pour quelqu’un de peu attentif voire de peu respectueux. 

  • CV truqué : le mensonge ne paie pas

Certains candidats trichent avec leur CV. Mais attention, le CV truqué se fait démasquer par le recruteur qui peut effectuer des vérifications lors de l’entretien ou la constitution du dossier de candidature peut demander des justificatifs, notamment pour les diplômes. Cependant, Le CV doit absolument être objectif et transparent et doit servir à rendre vivant votre parcours pour le rendre séduisant au yeux des recruteurs. Alors, en rédigeant votre CV vous devrez mettre en tête que votre tâche est de rendre votre parcours professionnel vivant et non l’inventer. En somme, essayez d’être honnête, bannissez le mensonge. Même avec un parcours moyen, un CV construit intelligemment a toutes les chances d’être efficace.

  • Recopier le CV d’une autre personne

Les CV des autres font partie des meilleures ressources pour améliorer votre CV. En effet, parcourir des CV donne des idées. C’est un excellent moyen de retrouver du souffle quand on est « bloqué ». Mais, plagier un pan entier de CV traduit un problème plus profond. C’est déloyal et impardonnable.

  • Croire au CV idéal

    Il existe toujours des profils qui paraissent toujours bien meilleurs que le notre. Mais, il faut relativiser et ne surtout pas dévaloriser son parcours. Chaque parcours est unique. Il est donc important de se faire confiance et d’assumer son parcours.

  • Evitez absolument la photo sauf si vraiment elle s’avère indispensable

    Dans 99% des cas, les gens qui ont choisi cette option aurait mieux fait de l’éviter. La photo doit répondre à un besoin. Par exemple, si vous postulez à un poste à l’accueil, elle peut avoir son utilité.

  • Evitez le vocabulaire trop flou ou le jargon professionnel peu connu

    Il faut trouvez le juste équilibre entre un vocabulaire trop flou et le jargon professionnel. Pour être identifiés immédiatement, vos anciens postes, vos formations et vos compétences doivent être exprimés clairement. Alors, veuillez à utiliser les bons mots clés car c’est un signe de professionnalisme et ça prouve que l’on connaît bien son métier.

    Pour être clair et efficace, un CV doit utiliser des termes reconnus car le recruteur n’a pas de temps à perdre à décrypter votre CV. Il faut donc s’assurer que le terme est bien connu et reconnu de tous les professionnels du secteur. Certaines entreprises adoptent parfois un vocabulaire qui n’a de sens qu’en interne.

    Si c’est le cas, traduisez-le dans un équivalent standard et compréhensible pour tous.

  • Trop d’informations tuent l’Information

    Outre que cela permet de voir toutes les informations sur une feuille, le CV au format A4 force le candidat à faire des choix et à être synthétique. Vous devez garder en tête cette nécessité : il ne faut pas noyer le lecteur dans les informations, au contraire il faut être synthétique et sélectionner un nombre limité d’informations pour les mettre en valeur.

    Un CV trop « tassé » devient indigeste et peu engageant. Il faut aérer l’espace pour permettre au recruteur de lire confortablement votre CV.

* Expériences : limitez-vous de préférence aux trois expériences les plus significatives et soyez économes sur le détail des missions. Par exemple, il vaut mieux se limiter à trois points quitte à les détailler, plutôt que de faire une longue liste.

* Compétences : Les compétences ne se limitent pas aux logiciels et aux langues. Il faut aussi – et surtout – décrire vos compétences générales. Organisez-les en trois ou quatre pôles pour leur donner du poids.

* Formations : inutile de remonter jusqu’au bac si vous avez un Master. Contentez-vous d’indiquer votre diplôme le ou les diplômes les plus significatifs.

* Loisirs : n’indiquez un loisir que s’il a du sens ou s’il vous distingue. Ainsi, les traditionnels « lectures », « cinéma », musique » ou encore « tennis » sont généralement à bannir.

  • Ne pas actualiser vos diplômes.

Avec le nombre de réformes sur les études universitaires, il vaut mieux traduire notamment pour les plus jeunes recruteurs qui risquent de n’y rien comprendre. Décrivez également le programme en quelques mots si vous avez suivi une formation peu connue et ajoutez le thème de votre mémoire, uniquement si celui-ci a un lien avec le poste visé.